Carto-terrain à Beni (Ebola 2018)

Depuis 2014, la communauté OpenStreetMap en RDC s’est mobilisée à de plusieurs reprises pour cartographier la ville de Beni et ses environs. Au départ victime de massacres, sa population fait face depuis plusieurs mois à une épidémie à virus Ebola.

Alors que les données OpenStreetMap sont amplement utilisées par de nombreuses organisations humanitaires contribuant à la lutte contre l’épidémie sur place, la carte y est longtemps restée singulièrement muette. Depuis la semaine passée cependant, grâce aux collaborations mises en place ces derniers mois et semaines, la formation des premiers contributeurs locaux a pu démarrer.

Dans une ville en pleine crise, une dizaine de jeunes – dont plusieurs n’ayant jamais manipulé de smartphone auparavant – ont commencé cette semaine la collecte de points d’intérêt à l’aide d’OSMAND. Alors que les données actualisées disponibles restent disparates, ils répertorient notamment l’ensemble des structures sanitaires , et ce n’est qu’un début.

Lutte contre Ebola (2018)

Le 8 mai 2018, le Ministère de la Santé a déclaré la neuvième épidémie à virus Ebola en RDC.
Dans l’heure qui suivait les premières tâches cartographiques étaient lancées par OpenStreetMap RDC à travers le gestionnaire de tâches de l’équipe humanitaire d’OpenStreetMap (HOT).

Des tâches cartographiques sont mises en place au fur et à mesure pour couvrir les zones prioritaires identifiées par les équipes de Médecins sans Frontières et du Ministère de la Santé.

Entre le 8 et le 19 mai, 293 contributeurs OpenStreetMap ont participé à la cartographie de la région en se servant d’images satellitaires fournies par Microsoft et ESRI. Les données produites sont publiées sous la licence libre ODbL 1.0 et sont utilisables à travers de nombreux outils et applications.

De plus, des cartes imprimables des zones urbaines sont également disponibles au téléchargement :

Carte de Mbandaka

Carte de Bikoro

Si vous connaissez la région et disposez d’éléments permettant de compléter davantage ces cartes, ne manquez pas de nous contacter, merci !

#RRRDC – Réseau routier de la RDC

Le réseau routier de la République démocratique du Congo fait actuellement l’objet d’un grand effort d’amélioration au sein d’OSM dans la droite ligne du travail collaboratif précédemment réalisé au sein du Référentiel Géographique Commun.

Le réseau routier est encore très incomplet dans OSM pour la RDC. Un effort important de réconciliation et amélioration de ce jeu de données à été lancé depuis le sol congolais. Dans un premier temps, ce travail d’amélioration du réseau routier passera par une révision géométrique du réseau, sur base des données fournies par la Direction de l’Inventaire et de l’Aménagement Forestier (DIAF), par le Programme Alimentaire Mondial (PAM) et par la Cellule Infrastructures (CI) travaillant conjointement avec l’Office des Routes (OR). Dans un second temps, une amélioration de la catégorisation du réseau sera ciblée. Le travail de préparation des données nécessaires à cette tâche est actuellement réalisé par le bureau du World Resources Institute (WRI) à Kinshasa.

En parallèle un téléversement dans OSM plus coordonné des traces récoltées à travers le pays est en train de démarrer.

Si d’autres organisations ou institutions souhaitent s’associer à cet effort, prière de nous contacter.

Tâches publiées :
Tâche 2881
Cette tâche est la première d’une série. Il s’agit ici d’améliorer la géométrie du réseau en utilisant de l’imagerie à haute résolution en étant guidé sur des zones spécifiques identifiées sur la base d’un jeu de données produit par la DIAF à une résolution inférieure (LandSat/30m).
Une fois cette première révision effectuée, une tâche similaire permettra de compléter encore davantage le réseau géométrique dans la zone en se basant sur les données fournies par le PAM. Finalement une troisième tâche permettra de réviser les attributs des routes prioritaires sur base des informations collectées par la Cellule Infrastructures auprès de l’Office des Routes.

Spécificités congolaises

OpenStreetMap est un projet mondial, mais cet aspect n’a pas pour vocation de supprimer ou gommer les spécificités nationales ou régionales propres à chaque lieu.

Openstreetmap_RDC_logo256

Nous avons choisi de rassembler nos efforts pour documenter un certain nombre de spécificités congolaises en vue de faciliter l’ajout à la carte d’infrastructures et services typiquement congolais, ainsi que de réviser la page du wiki OSM pour la RDC (Wikiproject Congo Kinshasa), en attendant de créer un preset JOSM qui reprendrait ces caractéristiques en utilisant un vocabulaire adapté.

Au programme : brainstorming, recherches, rédaction de définitions et documentation, photographies et quelques fous rires

Comment nous rejoindre : Rendez-vous le 3 septembre 2016

Logging roads

maploggingroads_600
Logging roads, autrement dit “Pistes forestières”, c’est le nom d’un projet réalisé grâce au projet Moabi, à l’ONG WRI et à des contributeurs OSM, dont nombre en RDC.

Le site du projet

Le projet “Logging Roads” a permis l’importation de pistes forestières dans OpenStreetMap. Celles-ci ont ensuite pu être datées sur base d’une collection d’images LandSat. Cette dernière tâche est d’ailleurs encore en cours pour d’autres pays de l’Afrique centrale.

(article à venir)

Walikale

walikale_1-600px
D’après nous, il s’agit du premier projet OSM humanitaire documenté en RDC.
En février 2012, la ville de Walikale a été cartographiée par le Comité International de la Croix Rouge (CICR) et les contributeurs de l’équipe humanitaire d’OpenStreetMap (HOT).
La numérisation a été réalisée à distance via le gestionnaire de tâches de HOT sur base d’une image aérienne fournie par le CICR. Ensuite le personnel du CICR a pu compléter les données sur le terrain en utilisant des Walking Papers (application reprenant les données OSM et permettant de quadriller une zone pour faciliter la récolte de données via carte papier). Une page sur le wiki OSM permettait la coordination des volontaires ayant ensuite participé à la saisie des informations recueillies sur le terrain.
Une interview détaille ici davantage l’usage fait de ce type d’informations géographiques par une organisation humanitaire.